• Voici mon histoire ... filière mariage et paternité grise ?

    Témoignage de Lady20050 du 13 janvier 2009

    Tout commence en 2002, lorsque Mr A, vient travailler comme vigile au supermarché ou ma mère travaille. Mr A est un malien, en situation irrégulière. Mais cet homme est tellement gentil, serviable, il rigole tout le temps, c'est le "Eddy Murphy " Francais (par filiation). Ca deviendra un très bon ami à ma mère. Mes soeurs et moi ferons sa connaissance, ils nous rendra beaucoup de service; il sera comme un frère.

    A cette époque, sa collègue était en instance de divorce, il a commencé une relation avec cette dernière. Ce Mr A devait ètre expulsé en 2003, et comme il était gentil, tout le monde l'adorait, les gens lui ont fait des attestations, afin qu'il puisse rester sur le territoire Francais. Ces éfforts vont payer, Mr A ne sera pas expulsé. Mr A est devenu un confident, il connaissait tout sur notre vie.

    Ma mère, élevait seule ses 3 filles depuis 10 ans, elle a eu une relation avec un Francais, mais par peur qu'il nous prenne notre mère, on ne lui a pas facilité la vie et il a préféré mettre fin à cette histoire. Deux ans après, en Aout 2003, Mr A présente Mr B ( un ivoirien sans-papiers), il vit à 80 kms de chez nous, il a vu une fois et selon lui, il est fou d'elle. C'est un grand black musclé qui a 10 ans de moins que ma mère, une petite femme en fort surpoids

    Dés que j'ai vu ce Mr, je n'y croyais pas à cet amour si soudain. Mr A savait qu'on avait déjà compliqué une relation amoureuse de ma mère, il fallait donc passer au plan B.
    Mr A me présente 2 semaines plus tard, Mr B, un malien (titre de séjour réduit), qui habite aussi à 80 kms de chez moi, on ne s'est jamais vu, mais lui aussi est fou de moi. Au début je n'y ai pas cru une seconde. Mais il a beaucoup insisté, on a discuté des heures et des heures pendant plusieurs semaines par téléphone, depuis la clinique ou il était hospitalisé pour réeducations (renversé par une voiture, accident de travail). A sa sortie, il est revenu chez moi, et là il m'avais convaincu, c'étais l'homme que j'attendais.

    A cette époque,j'avais fini mes études, je ne sortais pas de chez moi, je souffrais d'anorexie/boulimie depuis l'age de 13 ans et j'en avais 19. Mr A connaissait mon état dépréssif par ma mère.
    C'était ma toute première relation, mon tout premier amour, avant j'étais en couple avec ma "balance" lol.
    En Décembre 2003, je tombe enceinte. A ce moment là, Mr B, est toujours très aimant, attentionné, on est très proche.
    Mon fils verra le jour en Septembre 2004, mais on aura un appartement en Janvier 2005, et c'est à ce moment là que Mr B a changé son comportement. Il était toujours sur Paris, car il allait sois-disant chez son frère, car sa famille lui manque, ce que je peux comprendre. Quand il était présent, il passait ses journées au café et il y avait toujours un cousin à la maison.

    Mr B fuyait sa vie de couple et de famille. Il disait ne pas aimer le "sexe". Il ne s'occupait quasiment plus de l'enfant. Je ne supportais plus cette facon de vivre, je suis parti 2 fois chez ma mère durant cette année, à chaque fois il est venu me rechercher quelques heures après en me disant qu'il allait faire des efforts. Mais c'est surtout pour le fait que Mr B avait toujours un titre de séjour réduit (3 mois).

    En Avril 2006, il part sur Paris, comme d' habitude pour aller chez son frère; mais là, ma soeur et ma cousine vont croiser son ami dans le train. Il leur dira que Mr B est parti pour visiter un appartement et que de toute facon j'étais une folle et que je n'aurais pas la garde de mon fils. J'éssaye de joindre MrB, et bien sur, je tombe sur la messagerie. Je ne comprenais pas ce qui se passais, mais sur le coup j'ai eu peur, et j'ai quitté le domicile avec mon fils.

    Là, Mr B n'est pas revenu me chercher comme les autres fois, car il avait obtenu son titre long séjour (1 an). Mais il savait , qu'ayant céssé la vie de couple, ca compliquerait les choses pour sa carte de résident. Quelques semaines plus tard, il m'appelle, on se retrouve chez lui et là il me demande de l'excuser en me disant que c'est ma soeur qui avait tout inventé.
    Je lui ai pardoné car je l'aimais. On a continué à ce voir, mais sans pour autant reprendre la vie en conccubinage. Ca lui suffisait, comme ca en attendant je ne me posait pas de questions et ne faisait donc pas le néccéssaire auprès de la préfecture pour dénoncer cette "paternité grise".

    Mais malheureusement pour lui, je suis tombé enceinte le 13 Octobre 2007 , malgré mon stérilet. Et à l'annonce de cet heureux évènement, Mr B est resté muet. Il a coupé tous contacts depuis Avril 2008. (3 ans après que mes grands-parents lui ont fait un crédit de 6000e. Il faut déposer une plainte pour abus de confiance dans les 3 ans).
    En Mai, j'ai appris par le beau-père, que s'il venait me voir c'était uniquement pour le sexe, qu'il n'avait nullemet envie de reconnaitre l'enfant, et qu'il avait une copine Africaine).
    J'ai donc été reconnaitre seule ma fille. Averti de l'accouchement par le beau-père, Mr B est venu à la maternité, il a pris la petite en photo et est reparti.
    Depuis quasiment plus de nouvelles, plus de pension alimentaire et il laisse une dette de 2000e à mes grands parents.
    « femme marocaine victime d'un marocainSuite de... »

  • Commentaires

    1
    Ouachani Houcine
    Samedi 29 Décembre 2012 à 23:32
    Bonjour,

    J'ai eu moi aussi ce même problème de mariage gris.
    J'ai écrit un livre en janvier 2009 sur ce fléau.
    "La valse des pantins" Edilivre. Des extraits sont disponible sur Internet.
    Je revendique a partir d'expériences personnelles vécues l'application réelle de l'État de Droit en France comme au Maroc. dans cet ouvrage, Les rapports de forces très défavorables, voir malfaisants et parasitant sont dénoncés avec courage et véracité. L'expérience vécue intensément dans toutes ses péripéties en constitue l'argument. "La valse des pantins" est d'abord une histoire de trahison conjugale, dégénérant en cauchemar où chacun esquise un pas de danse compté sensé accomplir ce complément civilisationnel imposé, d'où l'importance des "pantins".

    Cordialement

    Edilivre La valse des pantins Sur Internet. UN LIVRE A LIRE ABSOLUMENT En 1990, Houcine épouse Mardia au Maroc. Quelques temps plus tard, celle-ci le rejoint en France, dans son appartement de Garges-lès-Gonesse. C'est alors le début de la lune de fiel... Avant que d'être une charge contre les dysfonctionnements des Justices française et marocaine, avant que de dénoncer les manipulations d'une femme intéressée, La Valse des pantins est un drame familial authentique. Celui vécu par un père et son fils dont l'existence commune est remise en cause par la folie des uns et des autres. Longtemps harcelé, emprisonné même, Houcine Ouachani se pare ici d'une robe de procureur et dresse un réquisitoire accablant contre l'imbroglio international dans lequel son ex-compagne l'a fait plonger. C'est donc le témoignage d'un homme injustement et doublement condamné. C'est surtout le cri d'un père aux droits bafoués. Un plaidoyer sans concession dont on ressort atterré et bouleversé.

    Biographie
    Né en France en 1963, Houcine Ouachani fait ses études en France. A l’âge de vingt-huit ans, il rentre dans son pays d’origine, le Maroc. Il y crée un journal hebdomadaire francophone qu’il intitule « la Passerelle » et le dirige pendant plusieurs années. Cette publication unanimement saluée est interrompue par le calvaire judiciaire causé par son ex- épouse. Humilié, incarcéré à plusieurs reprises dans une prison marocaine, il en ressort profondément blessé. Il rédige alors de sa plume trempée dans le vitriol La valse des pantins pour témoigner de l’histoire bouleversante de cette séparation d’avec sa première femme.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :