• témoignage de Laurence

    Elle croyait avoir trouvé l'âme sœur mais 3 ans après le mariage, Laurence a dû demander le divorce. Son mari ne lui avait pas dit qu'il était arrivé illégalement en France. Cette femme blessée veut témoigner sur la réalité des mariages gris.

    «Je n'ai pas de haine, mais de la douleur. Je ne méritais pas ce qu'il m'a fait et jamais je ne pourrai le lui pardonner.» Ainsi s'exprime cette femme que nous appellerons Laurence et qui vit dans une commune du nord d'Albi.

    L'histoire était belle pourtant quand elle fait la connaissance, début 2007, d'un homme originaire d'Afrique du Nord. Dix mois plus tard, ils se marient «car il ne concevait pas notre relation hors mariage et moi je m'en félicitais. Je pensais qu'on allait couler des jours heureux et on avait des projets». Mais peu à peu, les nuages s'amoncellent. «Il avait un comportement bizarre, il me faisait des cachotteries, il me mentait. Avant même qu'il ne m'en parle, j'ai découvert un passé, là-bas, au creux des sables». Son mari avait été marié dans son pays et était père de famille. Plus grave, Laurence découvre qu'il est entré illégalement sur le territoire français, ce qui pouvait compromettre la pérennité de leur couple. Elle l'aimait sincèrement. Sinon, elle n'aurait pas remué ciel et terre pour qu'il obtienne une carte de résidant d'un an.

    «L'affront de la répudiation»

    «Je croyais alors avoir sauvé mon monde mais un matin d'avril 2009, j'ai reçu comme un boulet de canon, l'affront de la répudiation qui est la forme d'une seule volonté, équivalente au divorce. Il a prononcé trois fois de suite un certain mot.» Ce n'est que «beaucoup plus tard», sur la toile, que Laurence en saisira toute la signification.

    Elle n'a pas eu d'autre choix dès lors que de demander le divorce, prononcé en 2011. «Je n'étais plus qu'un outil pour un seul but, le sien. Lui se démène pour obtenir ce pour quoi il a joué cette déplorable et inhumaine comédie.» Son ex-mari, toujours sans papiers, est en effet sous le coup d'une mesure préfectorale de refus de titre de séjour, avec ordre de quitter le territoire. Laurence ne lui veut aucun mal, elle garde même sans doute une certaine affection pour lui. «Mais la vraie victime, c'est pas lui, c'est moi.» Seule désormais, dans une situation sociale très difficile, elle «s'est gelée pendant deux hivers» dans sa maison qu'elle n'a pas les moyens de chauffer correctement.

     

    Heureusement, elle peut compter que le soutien de quelques amis fidèles. «J'aimerais que mon témoignage puisse attirer l'attention du public sur la réalité des mariages gris. Je tiens à préciser que je n'ai rien contre les mariages mixtes, lorsqu'ils sont honnêtes et sincères.» Laurence se sent même le courage «d'offrir un accompagnement, un conseil à toutes celles et tous ceux qui seraient victimes de ce phénomène».

    « Témoignage de Kamel RouaïniaTémoignage de Lola »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :