• Suite de...

    Constipation du cerveau : clandé mode d'emploi


    Témoignage rédigé par Doubadouba le 20 janvier 2009

    Je ne vais pas revenir en détails sur mon merveilleux mariage qui date déjà de 2003, je vais vous donner les nouvelles fraîches.

    Après un mariage gris et un abandon du domicile conjugal de la part de mon mari (sans me prévenir, cela va de soi !), il a donc demandé le divorce, arguant le fait que je l'ai chassé hors de notre paisible foyer...

    Monsieur fait traîner les choses depuis mars 2006...mais ne croyez pas qu'entre temps il reste inactif.

    Il a donc démissionné de son poste dans une grande chaîne de magasin de sport pour ouvrir une boulangerie. Merci le mariage gris.

    Il change de voiture comme de chemise (sa boulangerie se trouve sur mon chemin, je le vois donc deux fois par jour, en allant au travail, en revenant). Merci le mariage gris.

    Il s'est marié. Non, non, nous ne sommes pas divorcés. Il a fait le fameux hallal, mariage religieux. Oui, c'est interdit en France avant le mariage civil mais tout s'achète. Et rien n'est un obstacle à mon cher mari. Il a donc une épouse, moi, et une épouse au sens religieux du terme, l'officielle puisque nous n'avons jamais fait de hallal (ce dernier ne permet pas la régularisation, donc à quoi bon ?). Elle est peut être venue du Maroc ? Merci le mariage gris.

    Son grand frère travaille avec lui à la boulangerie. Merci le mariage gris.

    Dans cette histoire, je n'ai rien à gagner puisqu'il a tout gagné. J'ai ma dignité, j'ai continué ma vie, je n'ai jamais rampé devant lui mais je n'ai été pour lui qu'un marche pied.

    Cet homme si parfait, si pieux et j'en passe et des meilleurs. Cet homme que j'ai rencontré en France et qui était mon semblable à tous points de vue.

    Mes avocates ont réclamé le maximum mais je ne l'aurais pas, soit le remboursement de mes frais d'avocats et...2500 de dommages et intérêts pour le préjudice moral. Officiellement, il est aux Assedics, donc...Et puis, son argent, je m'en tape. Quant aux dettes du ménage, je suis fonctionnaire donc se sera pour bibi.

    Alors, les amoureuses, réfléchissez, ouvrez les yeux. On n'est pas divorcés et il est marié à une autre, bon moi j'ai aussi continué ma vie mais quand même...Quoi que vous pensiez à mon sujet, raisonnez en tant que femme, qu'être humain.

    Si cette sordide histoire peut vous servir d'exemple, je n'aurais pas tout perdu. Bien sûr, je ne regrette pas, c'est une grande expérience mais à ce prix est-ce que ça valait le coup ?

    Suite et fin de mon histoire:

    Je suis enfin divorcée depuis le 7 août, après près de 3 ans et demi de procédure. Tout ça pour quoi ? J'ai perdu L. Et oui. Impossible pour moi de prouver ce que j'avance. Donc, il n'a pas été "condamné", je n'ai pas eu de divorce pour faute, juste le divorce lambda "pour rupture de la vie commune donc du lien conjugal". Je ne voulais pas d'argent, même pas d'annulation de mariage, je voulais juste que l'escroquerie sentimentale soit reconnue et que ce soit écrit noir sur blanc. Le principe quoi. Même ça, je le l'ai pas eu.
    « Voici mon histoire ... filière mariage et paternité grise ?Témoignage mariage gris »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Juin 2009 à 22:39
    contacté moi sur mon e-mail
    atmane@myway.com
    la force va faire la faire il faux juste le fric
    2
    zazoufira
    Samedi 29 Décembre 2012 à 23:32
    Je ne sais pas si tu l'as vue, y'a eu un reportage en Belgique sur les mariages gris assez bien fait (mais très court) http://video.rtlinfo.be/Video/10704.aspx Bien à vous!
    3
    Ouachani Houcine
    Samedi 29 Décembre 2012 à 23:32
    Bonjour,

    J'ai eu moi aussi ce même problème de mariage gris.
    J'ai écrit un livre en janvier 2009 sur ce fléau.
    "La valse des pantins" Edilivre. Des extraits sont disponible sur Internet.
    Je revendique a partir d'expériences personnelles vécues l'application réelle de l'État de Droit en France comme au Maroc. dans cet ouvrage, Les rapports de forces très défavorables, voir malfaisants et parasitant sont dénoncés avec courage et véracité. L'expérience vécue intensément dans toutes ses péripéties en constitue l'argument. "La valse des pantins" est d'abord une histoire de trahison conjugale, dégénérant en cauchemar où chacun esquise un pas de danse compté sensé accomplir ce complément civilisationnel imposé, d'où l'importance des "pantins".

    Cordialement

    Edilivre La valse des pantins Sur Internet. UN LIVRE A LIRE ABSOLUMENT En 1990, Houcine épouse Mardia au Maroc. Quelques temps plus tard, celle-ci le rejoint en France, dans son appartement de Garges-lès-Gonesse. C'est alors le début de la lune de fiel... Avant que d'être une charge contre les dysfonctionnements des Justices française et marocaine, avant que de dénoncer les manipulations d'une femme intéressée, La Valse des pantins est un drame familial authentique. Celui vécu par un père et son fils dont l'existence commune est remise en cause par la folie des uns et des autres. Longtemps harcelé, emprisonné même, Houcine Ouachani se pare ici d'une robe de procureur et dresse un réquisitoire accablant contre l'imbroglio international dans lequel son ex-compagne l'a fait plonger. C'est donc le témoignage d'un homme injustement et doublement condamné. C'est surtout le cri d'un père aux droits bafoués. Un plaidoyer sans concession dont on ressort atterré et bouleversé.

    Biographie
    Né en France en 1963, Houcine Ouachani fait ses études en France. A l’âge de vingt-huit ans, il rentre dans son pays d’origine, le Maroc. Il y crée un journal hebdomadaire francophone qu’il intitule « la Passerelle » et le dirige pendant plusieurs années. Cette publication unanimement saluée est interrompue par le calvaire judiciaire causé par son ex- épouse. Humilié, incarcéré à plusieurs reprises dans une prison marocaine, il en ressort profondément blessé. Il rédige alors de sa plume trempée dans le vitriol La valse des pantins pour témoigner de l’histoire bouleversante de cette séparation d’avec sa première femme.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :